samedi, juin 25, 2022
black
black
previous arrow
next arrow
More

    Togo : une décision de la Cour de la CEDEAO met l’ANC dans tous ses états

    L’Alliance nationale pour le changement (ANC) était face à la presse mercredi à Lomé. Le parti d’opposition a dit regretter la décision par laquelle la Cour de justice de la CEDEAO a rejeté une des 2 requêtes introduites par son président, Jean-Pierre Fabre, alors que celui-ci était candidat à l’élection présidentielle du 22 février 2020 au Togo.

    En effet, le 3 février 2020, soit 19 jours avant le scrutin présidentiel, le candidat Fabre a saisi la cour communautaire d’une requête visant à obtenir la reprise de la composition et de l’installation de la Cour constitutionnelle du Togo. La même requête lorgnait la loi organique sur la cour constitutionnelle.

    Le parti de M. Fabre n’a pas compris pourquoi la cour communautaire peut se déclarer compétente pour connaître du litige en question mais dans le même temps, rejette la requête pour une raison qui ne plaît pas du tout à l’ANC.

    « L’ANC regrette la décision de rejet de la requête aux motifs que le requérant n’aurait pas apporté la preuve de préjudices directs et personnels », souligne-t-on.

    Pour M. Fabre et ses collaborateurs, la cour communautaire semble avoir perdu de vue qu’en dehors de la personnalité du candidat de l’ANC, ce sont les droits humains des Togolais qui sont directement touchés. Le parti pointe du doigt le droit des Togolais à choisir librement leurs dirigeants.

    L’ANC a profité de l’occasion pour inviter toute la classe politique de l’opposition, soutenue, selon les termes du parti par les populations togolaises, à œuvrer de concert pour, disent les responsables du parti, obtenir des réformes en profondeur du cadre électoral permettant des élections libres et équitables au Togo.

    Faut-il le rappeler ? La même requête que rejette la Cour de justice de la CEDEAO, avait dans un premier temps été introduite à la Cour constitutionnelle du Togo. Le parti demandait l’annulation pure et simple de l’article 158 nouveau de la constitution. Cette disposition, souligne l’ANC, a été adoptée suivant une procédure arbitraire non prévue. Dans le même sillage, le parti réclamait l’invalidation de la candidature de Faure Gnassingbé, qui briguait un 4ème mandat à la tête du Togo.

    Sans surprise, la Cour constitutionnelle a rejeté la requête du candidat de l’ANC.

    Pour rappel, l’ANC attend une seconde décision venant de la Cour de justice de la CEDEAO. Cette décision, selon les informations, sera rendue le 17 juin prochain. La cour communautaire a à se prononcer sur l’invalidation de la candidature de Faure Gnassingbé à l’élection présidentielle du 22 février 2020. Election qu’il a, selon les résultats officiels, remportée avec plus de 70%, ce qui lui permet de présider aux destinées du Togo pour un 4ème mandat consécutif de 5 ans dans lesquels il a déjà bouclé 2 ans.

    ARTICLES RÉCENTS

    Latest Posts

    togocom 1000000
    togook
    previous arrow
    next arrow