samedi, juin 25, 2022
black
black
previous arrow
next arrow
More

    Me Apevon, avocat des enseignants : ‘on a l’impression qu’on est dans une jungle’

    Les enseignants à qui on a retiré la craie suite à des grèves du Syndicat des enseignants du Togo (SET), se sont constitués un conseil. Il s’agit de Me Dodji Apevon. Cet avocat inscrit au barreau du Togo pense que le Togo serait devenu une jungle. Selon lui, l’acte de base posé par le ministre Gilbert Bawara pour renvoyer les 150 enseignants dans l’administration générale, est erroné.

    Il s’est expliqué lundi sur une radio de la place et estime que, contrairement à ce que le gouvernement pense, le SET est bel et bien légal. Selon lui, le nouveau code du travail ne peut pas s’appliquer à ce syndicat et ce que le gouvernement appelle ‘illégalité’ est plutôt du ‘faux’.

    « Ce qui est pittoresque dans ce que j’ai constaté, il y a une disposition dans le nouveau code qu’on a promulgué le 18 juin 2021 qui dispose que toute contestation du droit de grève doit être constaté par le tribunal. Lorsque le gouvernement conteste que des gens n’ont pas le droit d’entrer en grève, ce n’est pas le gouvernement qui doit être juge et partie. Il doit aller devant un tribunal qui doit rendre un jugement en référé », a lancé l’avocat sur Victoire FM.

    Il accuse le gouvernement d’avoir procédé par intimidation et par la force brute. « Un Etat qui se comporte comme cela est un Etat voyou », soutient-il avant d’ajouter : « si l’action de base est erronée, c’est à tort qu’on renvoie 150 enseignants de la fonction publique ».

    Pour l’avocat des enseignants qui se trouve être un homme politique, la situation qui se présente au Togo aujourd’hui relève d’une situation plus générale.

    « Ceux qui nous gouvernent aujourd’hui n’ont plus envie de rechercher des solutions avec qui que ce soit parce que nous constatons que c’est la méthode de brutalité et de musèlement de tout le monde qu’ils ont adoptée. Ils cherchent aujourd’hui à faire taire tout le monde. Les espaces de libertés que nous avons conquis de haute lutte, ils sont en train de les faire rétrécir », a-t-il regretté.

    Pour Me Apevon, c’est peut-être quelque chose qui peut être payant pour eux aujourd’hui mais qui risque, a-t-il souligné, à terme de devenir quelque chose de très dangereux.

    « Les frustrations accumulées sont une bombe à retardement pour tout le monde. Il y a un mal vivre dans tous les secteurs du pays », constate-t-il.

    Il dit avoir l’impression qu’on est dans une jungle où il n’y a plus de loi. « Ceux qui sont aujourd’hui investis d’une parcelle de pouvoir croient qu’ils ont l’éternité pour eux. Au lieu de se mettre dans la posture de gens qui ont tout pour eux, ils ont le devoir de revenir sur terre », a-t-il conseillé.

    Il dit avoir entendu des ministres tenir des propos qui sont aux antipodes de toute démocratie sauf que personne n’a rien dit.

    ARTICLES RÉCENTS

    Latest Posts

    togocom 1000000
    togook
    previous arrow
    next arrow