ADS
02 Aug 2021

Togo : indignation et colère à la DMK, 2 de ses réunions empêchées à Lomé

La Dynamique Mgr Kpodzro (DMK) est en colère. Cette entité de l’opposition dit faire l’objet d’un acharnement récurrent et d’une oppression discriminatoire, alors que d’autres partis de l’opposition ne semblent être inquiétés. Cette nouvelle sortie de Kafui Adjamagbo Johnson et de ses collègues fait suite à l’empêchement sans mandat par les forces de l’ordre de 2 ses réunions restreintes. Cela est arrivé samedi dernier dans les communes Golfe 1 et 6.

Dans un communiqué signé par la coordinatrice générale de la DMK, on décrit ce qui s’est passé. Sur 3 réunions prévues dans des maisons privées pour, dit-on, « échanger avec la population des communes du Grand Lomé et saisir cette opportunité pour recueillir leurs opinions et suggestions relatives à la gestion de la crise postélectorale, née des élections présidentielles du 22 février 2020 », seulement une a pu tenir. C’est dans la commune Golfe 2. Les 2 autres qui devraient l’être dans Golfe 1 et 6, ont été empêchées.

« Dans la commune du Golfe 6, à Baguida, déjà vers 10 heures, des agents des forces de sécurité munis de matraques et de gaz lacrymogènes, sont convoyés au lieu de la réunion, un domicile privé, où ils se sont positionnés, intimidant et renvoyant tous ceux qui venaient prendre part à la rencontre. Les responsables de la DMK arrivés sur les lieux l’après-midi à l’heure convenue, ayant constaté la présence des forces de sécurité armées, ont renoncé à tenir la réunion pour ne pas exposer la population à une répression inutile », écrit Mme Adjamagbo.

Dans la commune de Golfe 1, près du marché d’Ahligo où devait se tenir la réunion, 2 gendarmes ont été postés devant la maison de l’organisateur. Dès l’arrivée des responsables de la DMK, les choses sont devenues difficiles.

« Une demi-heure plus tard, alors que la réunion a démarré et se tenait normalement, ce fut un détachement de gendarmes qui débarqua. A la suite d’un bref échange avec les organisateurs et à court d’arguments pour faire arrêter la réunion, le chef donna 30 secondes aux participants pour quitter les lieux sous peine de recourir à la force. Malgré, les protestations du Chef de délégation, doublées par l’indignation des nombreuses femmes accourues du marché d’Ahligo, le chef de détachement est resté ferme sur sa décision et a fait disperser la réunion », indique le communiqué.

Il s’agit, poursuit la Dynamique, d’une violation de domicile sans mandat légal et une entorse à la liberté des partis politiques à échanger avec leurs militants et sympathisants dans un espace privé.

Pour conférence des présidents de la DMK, cette situation n’empêchera pas l’entité de continuer son combat. La sortie de crise au Togo, soulignent les présidents, passe fatalement par le règlement du contentieux électoral né de l'élection présidentielle du 22 février 2020.

Read 940 times
Tagged under
Facebook Google Plus Twitter LinkedIn
Top
We use cookies to improve our website. By continuing to use this website, you are giving consent to cookies being used. More details…