ADS
24 Jun 2021

Des pourparlers à Lomé qui divisent un parti au Tchad

Le Togo joue un grand rôle dans le règlement du conflit politico-militaire tchadien. A Lomé du 21 au 23 juin derniers, le ministre togolais des affaires étrangères, Prof. Robert Dussey, a fait asseoir autour d’une table des rebelles. Le Conseil national de la résistance pour la démocratie (CNRD) aussi a été convié. Ces pourparlers se sont bien déroulés, sans bruit ni trompette. Le CNRD, par la voix de son secrétaire général, se désolidarise des décisions prises à Lomé.

Le président du CNRD, Dr Abakar Tollimi est à couteaux tirés avec son secrétaire général, Dr Moussa Pascal Sougui. Ce dernier, dans une mise au point rendue publique sur les réseaux sociaux, ne se reconnaît pas dans la désignation du représentant du CNRD qui a pris part aux pourparlers à Lomé.

Selon lui, Dr Tollimi a envoyé Abdelsalam Kadjangaba, sans consultation préalable du bureau exécutif.

« Cette démarche unilatérale, en totale violation avec les objectifs démocratiques du CNRD et son statut en France en tant que association loi 1901, montre, une fois encore, une volonté claire d’appropriation de notre mouvement politique », écrit-il.

Et de poursuivre que Dr Tollimi n’est pas habilité à représenter ou faire représenter le CNRD.

« Toute décision prise à Lomé au nom du CNRD n’engage donc que M. Tollimi et ses complices », lance-t-il.

Cependant, souligne-t-il, le CNRD, dans sa mission de toujours prôner  le dialogue politique inclusif entre les partis politiques, les mouvements politico-militaires et la société civile, reste favorable à toutes initiatives pouvant conduire à la réconciliation nationale et à la paix au Tchad.

Pour rappel, le CNRD a été créé depuis Paris le 31 mars 2017 par Dr Abakar Tollimi. Il avait toujours eu pour secrétaire général, Dr Moussa Pascal Sougui.

Read 688 times
Facebook Google Plus Twitter LinkedIn
Top
We use cookies to improve our website. By continuing to use this website, you are giving consent to cookies being used. More details…