ADS
10 Nov 2021

Togo : la filière avicole s’impose une consommation locale forte avant toute importation

En 2019, le Togo a importé près de 20.000 tonnes de poulets congelés, ce qui correspond à 21 milliards de francs CFA. Autrement dit, le pays investit dans d’autres pays et y crée des emplois. L’interprofession de la filière avicole veut mettre un terme à cette situation. Producteurs, transformateurs et distributeurs sont liés par un contrat. Un acte qui va relancer la consommation des produits locaux.

Ce contrat dont le garant est le Conseil interprofessionnel de la filière avicole, a été présenté mardi à Lomé au cours d’une rencontre. Etaient présents, les représentants du ministère de la consommation locale, du ministère de l’agriculture et de l’association des consommateurs.

Selon Dr Sinko Banakinao, président du conseil susmentionné, ce contrat ouvre un marché local et va permettre désormais aux acteurs de cette filière de contractualiser entre eux.

« Nous avons procédé au lancement du contrat de l’interprofession de la filière avicole. Ce contrat va permettre désormais aux acteurs de cette filière de contractualiser entre eux et de leur permettre de produire, puisque lorsqu’on veut produire, il faut s’assurer du marché. Ce contrat ouvre un marché de vente. Lorsqu’un éleveur veut produire, il peut en amont contractualiser avec un distributeur qui lui garantit que lorsque la production sera à terme, il viendra la payer », a-t-il déclaré.

Au plan importation des produits, le contrat contraint les importateurs de produits à signer d’abord un contrat de paiement d’une quantité de produits locaux avant même d’importer. Ainsi, les importations vont diminuer progressivement au même moment que la consommation locale va croître, jusqu’à ce qu’on arrive à plus de 90% de la production uniquement locale. Le contrat fixe les taux à importer en fonction de la nature des produits.

L’objectif visé par la filière,  c’est de passer à 4 millions de poulets locaux d’ici 2022.

A terme, le but visé, c’est de promouvoir la consommation locale de volailles. « En 2019, nous avons importé près de 20 mille tonnes de poulets congelés, ce qui représente plus de 21 milliards de francs CFA. Au lieu d’investir ce montant dans d’autres pays pour développer leur agriculture et créer de l’emploi chez eux, il vaut mieux que cet argent soit investi au Togo et pour que des emplois soient créées sur place », a souligné Dr Banakinao.

Les acteurs comptent sur cet accord de volontés pour, disent-ils, régler définitivement les enjeux qui s’imposent à ce secteur.

« S’il est accompagné de mesures concrètes, ce contrat va permettre de réglementer l’activité avicole », souligne-t-on.

A ce contrat, il faut des accompagnements comme revoir le coût des produits locaux en agissant sur les intrants et en revoyant les taxes aux cordons douaniers.

Read 885 times
Facebook Google Plus Twitter LinkedIn
Top
We use cookies to improve our website. By continuing to use this website, you are giving consent to cookies being used. More details…