ADS
Voici les grands axes du nouveau partenariat germano-togolais Gerd M¨ller et Robert Dussey signant le nouveau partenariat
15 Jun 2021

Voici les grands axes du nouveau partenariat germano-togolais

142 millions d’euros, soit un peu plus de 93 milliards de francs CFA. Voici l’enveloppe financière que mettra l’Allemagne dans le nouveau partenariat économique qu’il a avec le Togo. Un partenariat qui prend effet cette année. Un partenariat qui met fin à un long processus entre Gerd Mûller, le ministre allemand de la coopération économique et Prof. Robert Dussey, ministre togolais des affaires étrangères, de l’intégration régionale et des Togolais de l’extérieur. Que contient ce nouveau partenariat ?

La question vaut tout son pesant d’or. Ce nouveau modèle de coopération, il faut le dire, n’est pas destiné à n’importe quel pays. Il profite aux pays réformateurs. Le Togo en est un, au regard des rapports Doing Business de la Banque mondiale. Récemment, le pays avait gagné 59 places dans cet indice, ce qui avait fait de lui l’un des 10 pays les plus réformateurs au monde.

Après la rencontre qu’il a eue lundi avec le ministre allemand, le président de la République a laissé un long message sur sa page Facebook à propos de ce nouveau partenariat.

« Ce nouveau partenariat témoigne du dynamisme de la coopération bilatérale et constitue un soutien important à la transformation structurelle de notre économie à la feuille de route gouvernementale ‘Togo 2025’ », dit-il entre autres.

Au cours de la cérémonie de signature de l’accord, Gerd Müller en donnait un peu plus de précision. Ce nouveau partenariat, dira-t-il, vise à renforcer davantage la coopération économique grâce à des investissements.

« Nous souhaiterions coopérer avec le Togo dans le domaine de l’économie pour promouvoir davantage le secteur agro industriel, la formation des jeunes, le partenariat en matière d’énergie etc… », a-t-il mentionné.

Concrètement, ce nouveau partenariat germano-togolais est bâti sur 3 axes stratégiques.  

Primo, on parle de l’amélioration du climat des affaires et d’investissement en s’appuyant sur une offre de formation professionnelle de qualité en phase avec le marché du travail et en renforçant l’attractivité du pays auprès des investisseurs.

Secundo, il s’agit du renforcement de la transformation agro-industrielle et de ses chaînes de valeurs comme moteur de croissance et d’emploi.

Tertio, on fait allusion à la promotion et à la bonne gouvernance et du développement des territoires comme leviers de croissance inclusive.

Et pour chaque axe stratégique, les 2 parties ont des obligations.

Pour rappel, en mars dernier, Gerd Müller et Prof. Robert Dussey cosignaient une déclaration ouvrant les négociations pour, dit-on, encourager les réformes faites dans le cadre de l’initiative ‘Compact with Africa’ (G20).

Read 411 times
Facebook Google Plus Twitter LinkedIn
Top
We use cookies to improve our website. By continuing to use this website, you are giving consent to cookies being used. More details…