mercredi, mai 25, 2022
black
black
previous arrow
next arrow
More

    Bawara et Kokoroko harmonisent l’indemnité de fonction des directeurs de préscolaire et primaire

    De nouvelles modalités seront désormais appliquées aux directeurs du préscolaire et d’école primaire publics, relativement à leur indemnité de fonction. Par un arrêté interministériel, les ministres de la fonction publique et des enseignements primaire, secondaire et technique décident d’une indemnité mensuelle fixe de 12.000 francs CFA.

    Ces indemnités, autrefois pas fixes, ne prennent plus en compte le nombre d’adjoints et de classes. Un directeur d’établissement, qu’il ait sous lui plus de monde ou pas, aura 12.000 francs CFA comme indemnité de fonction, soit 144.000 francs par an.

    « L’indemnité de fonction de directeur du préscolaire et d’école primaire s’applique aux fonctionnaires nommés par arrêtés du ministre de tutelle. L’indemnité mensuelle n’est pas liée au nombre de sections, de classes, d’élèves ou d’enseignants  qu’encadre le directeur bénéficiaire », ainsi disposent les articles 2 et 3 de l’arrêté interministériel.

    Avant cet arrêté, le montant de l’indemnité de fonction de directeur n’était donc pas fixe. Selon que le directeur encadre une, 2 ou plusieurs classes, elle allait de 7235 francs à 19.281 francs CFA.

    L’arrêté pris par les 2 ministres pour harmoniser cette indemnité ne laisse pas sa cible indifférente.

    « Il n’y aura plus de marginalisation comme cela se faisait avant. Avant, ce n’était pas normal. Ce qui n’allait pas a été arrangé par cet arrêté », confie un directeur.

    Selon les informations, cette indemnité fixe de fonction s’applique déjà au niveau secondaire.

    D’autres problèmes, notamment celui de classes fictives trouvent ainsi définitivement une solution.

    Pour rappel, depuis quelques semaines, des mouvements d’humeur d’enseignants secouent les activités pédagogiques depuis quelques semaines. Depuis quelques jours, les élèves sont en congé. Trois responsables du Syndicat des enseignants du Togo (SET), l’organisation qui appelle les enseignants à faire grève, sont arrêtés et jetés en prison.

    D’aucuns se demandent si l’accalmie reviendra à la reprise des classes le mardi prochain.  

    ARTICLES RÉCENTS

    Latest Posts

    togocom 1000000
    tgcommai
    previous arrow
    next arrow